Welcome to SpiceShop Theme

Sea summo mazim ex, ea errem eleifend definitionem vim. Ut nec hinc dolor possim mei ludus efficiendi ei sea summo mazim ex.

THE TALLEST MAN ON EARTH (17/10/15) – Le Bataclan

THE TALLEST MAN ON EARTH (17/10/15) – Le Bataclan

Moins de quatre mois après un Divan du Monde complet en début d’été, Kristian Matsson aka THE TALLEST MAN ON EARTH était de retour à Paris le week end dernier. En cette soirée capitale pour le rugby français, le Bataclan n’est pas très loin d’afficher complet. Les fans du suédois ne se sont pas posés la question, les curieux comme nous ont bien eu raison de ne point se laisser bercer par l’illusion d’une résistance tricolore.

C’est donc devant une salle acquise par avance à sa cause, que le songwriter scandinave a livré un concert agréable, avec les jolis moments que l’on attendait. Rapidement, TTMOE envoie Le Bataclan la tête dans les étoiles en enchaînant « Love Is All » et « The Gardener« , certainement ses deux titres les plus populaires. Rien à dire le moment est magique et ça réchauffe le choeur. L’ensemble du concert sera néanmoins de qualité inégale, partagé entre des folk songs parfaitement mises en valeur par la voix de K.Matsson et certains titres issus du dernier LP en date, « Dark Bird Is Home » qui confirment notre impression mitigée sur les récentes compositions.

Accompagné d’un groupe présent sur une bonne moitié des chansons, l’orchestration nous semble souvent un peu convenue, sans réelle saveur. L’ouverture abordée avec son quatrième album nous paraissait nécessaire mais c’est quand le barde prend seul sa guitare en bandoulière, qu’il reste le plus touchant. D’autant plus que K.Matsson module à présent beaucoup plus sa voix et ne reste pas toujours haut perché, ce qui est appréciable.
Quoi qu’il en soit, même quand il ôte son habit « dylannien », THE TALLEST MAN ON EARTH ne semble toujours pas avoir mis un pied dans le 21ème siècle. C’est aussi pour cela qu’on l’aime. Cette capacité à nous conter des chansons chaleureuses, hors du temps, faisant semblant de se livrer pour mieux entretenir le mystère.

« Dark Bird Is Home » titre éponyme de l’album joué avant le rappel, nous parait la parfaite synthèse de ce que pourrait être la musique du bonhomme à l’avenir. La parfaite alliance entre une superbe folk solo façon storytelling et des envolées orchestrales de qualité, créant une sorte d’americana made in Sweden. En tout cas nous, on l’attend sur cette voie ….

Texte et photos © STBC
Remerciements à Secretly Group / Dead Oceans

Partager:

  • Twitter
  • Facebook
  • Google

J’aime :

J’aime chargement…

Sur le même thème

cc

Les commentaires sont fermés.