THE DRUMS + Catholic Action (20/09/17) – La Gaité Lyrique

THE DRUMS + Catholic Action (20/09/17) – La Gaité Lyrique

Alors qu’on pensait initialement aller guincher comme des couillons sur la péniche de Petit Bain au son des riffs acérés de Traams, l’annulation pure et simple de la tournée du groupe nous a forcé, ce soir-là, à rebondir. En oubliant un temps nos envies de post punk, il y avait largement de quoi nous contenter ailleurs.
On a donc pris sans hésiter la direction de la Gaité Lyrique pour aller retrouver Jonny Pierce et THE DRUMS, dont le petit dernier « Abysmal Thoughts » sorti au début de l’été, nous a pleinement convaincu.

On entame la soirée avec un jeune groupe de Glasgow, encore inconnu au bataillon, mais qui pourrait se tailler une petite place à l’avenir, CATHOLIC ACTION. Si les balances ne jouent pas spécialement en leur faveur et que le court set manquera un peu de dynamisme, on appréciera assez leur collection de titres débraillés et punchy, faisant appel à quelques touches de glam bienvenues. Une affaire à suivre !

A lire aussi : Qu'est-ce qu'une ressource tangible ?

A découvrir également : AUFGANG + DUKES OF PARIS (06/05/14) – Le Divan Du Monde

Lorsque THE DRUMS montent finalement sur scène, c’est une petite explosion de joie dans le public (la chemise wtf de Pierce serait-elle en cause… ?). La setlist de la soirée mettra évidemment à l’honneur les nouveaux titres, mais ne se refusera pas de piocher allègrement dans le reste du répertoire. Très vite le leader attire largement l’attention pendant que le reste du groupe se suffira à jouer la figuration (scénique, pas musicale !) et à vrai dire, ça fait diablement plaisir de voir le chanteur dans une posture aussi détendue, lui qu’on a parfois connu dans des phases plus dépressives.
Jonny danse, Jonny chante, Jonny se libère et le public avec. Le surf rock des new-yorkais est redoutable d’efficacité, la basse bondissante nous file une sacrée gouache et le groupe n’a plus rien à prouver. L’indispensable « Let’s Go Surfing » donne le ton à mi concert mais on retiendra tout autant les impeccables « Blood under my belt, Rich Kids ou Saddest Summer ». Une soirée heureuse et joyeuse, comme une fête… Que demander de plus ?

Photos et texte © Bastien Amelot pour STBC
Remerciements à Boogie Drugstore

Partager:

  • Twitter
  • Facebook
  • Google

WordPress:

J’aime chargement…

cc

Les commentaires sont fermés.
Copyright © 2019- Spintheblackcircle