FUTURE ISLANDS (02/04/15) – La Cigale

FUTURE ISLANDS (02/04/15) – La Cigale

C’est avec grande impatience que nous nous rendions à La Cigale jeudi dernier pour retrouver FUTURE ISLANDS.

En effet, nous vous racontions déjà l’année dernière leur performance majestueuse au Trabendo à l’occasion de la sortie de leur quatrième album « Singles », et nous avons pu constater ce soir que le charisme et le talent de la bande de Samuel T Harring (chant) sont intacts.

Cela peut vous intéresser : THE BLACK LIPS (23/10/14) – La Cigale

Récit d’une soirée hors du temps.

La salle est comble, le public clairement déjà conquis puisque dès l’entrée du groupe sur scène et les premières notes jouées, il est déjà en liesse. Nous basculons instantanément dans une autre dimension. Samuel retient l’attention de chacun d’entre nous tant par son regard bleu, intense, ses pas de danse tout aussi sensuels qu’animal, qu’en brandissant au ciel ses poings serrés comme pour contenir une explosion. Personnage complètement atypique dont on ne doute pas une seconde de la puissance et de la capacité à captiver le public. Plus qu’un simple chanteur, c’est un « performeur » qui vie pleinement et profondément ses chansons.

A lire en complément : Concours : MARY BELL + EYE OF THE LIGER + Rewinder – Olympic Café (terminé)

On en oublie presque la présence des musiciens, William Cashion (Guitar/Bass), Gerritt Welmers (synthé) et Denny Bowen (batterie), presque impassibles sur scène, qui portent malgré tout à merveille chacun des morceaux, et surtout l’excentrisme de Samuel. Cet homme n’est pas tout seul dans sa tête ni dans son corps.

Ainsi, de « Back In The Tall Grass » au savoureux « A Dream Of You And Me » extraits de leur dernier album, en passant bien sûre par le tant attendu « Balance » (2011) le chanteur accompagne sa voix à la fois en douceur par d’amples gestes ralentit, semblant caresser un visage, et mue par moment sur ces morceaux en lâchant des rugissements inattendus dignes d’un chanteur de Death Metal, frappant le sol, mais aussi sa poitrine le poing serré, se jetant sur le sol, comme pour exprimer une profonde colère. Chacun de ses déhanchements nous tiennent en haleine.

De ses regards profonds semblant regarder chacun d’entre nous individuellement aux amplitudes de ses mouvements de bras, en passant par des larmes qu’il ne peut contenir, notamment sur « A Song For Our Grandfathers », le leader rassemble autour de lui un public aussi survolté que admiratif.

Nous ressentons chez Samuel une grande sensibilité, une tendre rage et un amour sincère.

Si sa performance sur scène peut nous rappeler un certain Mick Jagger, ce personnage semble incomparable. Il est doté d’une authenticité émouvante et d’une générosité sans limite qui nous percutent comme une grande gifle. C’est exactement ça en fait, nous avons pris une grosse gifle ce soir, dont nous ressortons complètement sans voix. On en veut encore.

Remerciements à Beggars France
Photos © Clarisse Gouello

About these ads

Partager:

  • Twitter
  • Facebook
  • Google

J’aime :

J’aime chargement…

Sur le même thème

cc

Les commentaires sont fermés.
Copyright © 2019- Spintheblackcircle